mercredi, avril 09, 2008

La Chine, les JO et l’hypocrisie des Nations occidentales



A géométrie variable. Le beau rôle que les états occidentaux affectionnent tant de jouer dans la pièce mondiale désormais réduite à une opposition entre bons et mauvais, justes et méchants, sauvages et civilisés, obscurantistes et éclairés, monde barbare et monde libre, axe du bien et axe du mal, dictatures et démocraties, pauvres et riches, Orient et Occident, islam et judéo-christianisme. Ce binarisme, pathologique et compulsif, savamment orchestré, s’exhibe sans gêne aux yeux du monde entier sur fond d’amnésie des crimes du passé. Des crimes ignominieux perpétrés au nom des toujours valeurs universalistes et des droits de l’homme brandis de manière honteusement sélective au gré des intérêts égoïstes de l’Occident.

Il ne faut donc pas dissocier le chantage aux droits de l’homme pratiqué par les pays occidentaux avec la question de l’exploitation économique d’un pays. Les deux vont ensemble. Dès que les possibilités d’exploitation économique d’un pays se font riquiqui pour les pays de l’axe du bien, on brandi tout de go la menace que celui-ci représenterait et pour ceci et pour cela. C’est en vain qu’on chercherait dans l’histoire des pays occidentaux un usage juste, désintéressé des droits humains. Ils ne sont rien d’autre qu’une arme pour les pays occidentaux ; Ils l’utilisent pour disqualifier et stigmatiser un pays ou encore pour le piller et l’exploiter. L'agression unjustifiée de l'Irak par les USA n'a pas pour autant donnée lieu à un concert de jérémiades eurocentrées droitdelhommistes. Entre les exécutions capitales et Guantanamo, les Etats-unis, grand donneur de leçons, ne fait pas mieux pourtant en matière de droits humains. Et que dire de la France avec son pré carré africain, ce "presque département d'outre-mer" où elle peut encore tout se permettre.

Cet exemple irakien qui pend au nez de l’Occident n’est pas assez fort pour sûrement arrêter ce spectacle pitoyable et puant sur les droits de l’homme. Sans vouloir dédouaner la Chine sur le Tibet, le « deux poids deux mesures » que le monde occidental affiche constamment lorsqu’il est question des droits de l’homme agace. Il agace parce qu’il semble répandre au travers de ces manifestations occidentales contre les JO de Pékin, un parfum de nombrilisme occidental qui consiste à pratiquer l’autisme lorsqu’il s’agit de ses propres crimes. Il agace aussi parce qu’il s’auto désigne arbitre du monde, un rôle qui lui permet de s’affranchir de toute critique alors qu’il s’empresse de distribuer les bons et les mauvais points au « restes » de l’humanité.

L’exhumation brutale de la question des droits de l’homme en Chine dissimule mal donc les enjeux financiers autour des JO. L’Occident semble décider à compromettre les gains financiers que l’Empire chinois est prêt à engranger avec cette manifestation sportive mondiale. Sinon comment comprendre cette subite empathie envers le peuple tibétain. Rien à part les profits capitalistes qui permettent d’expliquer cet usage sélectif du chant des droits de l’homme sur l’autel des jeux olympiques. La compagne de déstabilisation de la Chine est à la fois un boycott économique. Cette mise à distance du chinois est l’arme nouvelle pour tempérer les ardeurs économiques d’un Empire devenu subitement encombrant et peut être trop puissant pour être contrôlé. La phraséologie droitdelhommiste a quelque chose de pauvre tant elle montre l’incapacité des Occidentaux à faire face à la montée fulgurante d’un pays qui entend demeurer maître chez lui.

Enfin, la stigmatisation du chinois devenu le mauvais élève subitement dans le club fermé des pays civilisés dissimule mal les métamorphoses d’une idéologie au nom de laquelle l’Occident se vanta d’aller coloniser l’Autre. C’est un retour discret et sournois d’une culture de la suprématie maquillée en défense des faibles. Elle interpelle parce que l’attitude de l’Occident face aux droits de l’Homme semble se résumer à un étalage indécent de beaux discours, une sorte de rhétorique du mensonge qui se pare d’une pseudo générosité sur l’Autre. Pourquoi le Tibet et pas un autre ? Ces condamnations sélectives sont autant condamnables que les crimes de l’Etat chinois au Tibet. Pendant que certains activistes abrutis chantent les droits de l’homme sur les pavés et les toits d’églises en Occident, des contrées entières sont livrées à la malveillance de ce dernier sur fond d’un dépeçage économique et humanitaire que le pillage des matières premières exige. Encore une fois, il ne s’agit de disqualifier les postures morales vis-à-vis de la Chine par rapport au Tibet, mais de montrer que leur caractère sélectif a quelque chose d’immoral, d’indécent et de criminel.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Excellente analyse de l'hypocrisie occidentale envers la Chine !!
Il s'agit tout simplement d'une campagne organisée de destabilisation de ce pays qui commence à être un petit peu trop performant à leur gout.
Doit-on rappeller les crimes commis ou qui sont commis au nom des droits de l'homme par ces mêmes pays ?
Merci pour ton Blog , il est excellent et j'ai beaucoup de plaisir à te lire.

Stéphanie

Anonyme a dit…

Le raisonnement centre/périphérie est toujours d'actualité en Occident. L'Autre est toujours cet autre fantasmé, Nous "blancs" nous repréentons le summun de la pureté, aisi de suite. Que dit l'Occident sur la Russie avec la Tchetchenie, des exemples sont légion, mais voilà...

nubiennes a dit…

Et la chine et le darfour ...Les tibétains seraient beaucoup plus tendance en occident apparemment .

Anonyme a dit…

Slt Nubiennes,

On pourrait aussi allonger la liste :
L'exploitation minière de la RDC sur fond d'un génocide par les puissances occidentales

Anonyme a dit…

Vous pouvez lire aussi le blog, sans incitation même il y a aussi de commentaires assez frappant.

http://www.bloguez.net/chinadahong/category/62/003g%E9opolitique-d'%E9conomique-occidentaux-et-le-monde.html