dimanche, juillet 27, 2008

Henri Guaino persiste et signe sur l'Africain...et son exclusion de l'Histoire

Dans une tribune récente au journal Le Monde en date du 26 juillet, le Conseiller spécial de Sarkozy, a remis une couche sur le fameux discours de Dakar. « L'homme africain est entré dans l'histoire et dans le monde, mais pas assez. Pourquoi le nier ? ». a –t-il réitéré avec une suffisance sans nom. Ce qui n’est pas un signe d’intelligence, dit l’adage africain qui veut que l’arrogance compulsive soit une caractéristique en général des sottes gens.
Plutôt que de blâmer un ignorant ou celui qui fait semblant de l’être, il convient de se demander dans quel but Monsieur Guaino persiste dans ses balivernes ? En pleine période estivale, on aurait pu s’épargner de la logorrhée puante d’un serviteur de la République française. Non, Monsieur en a jugé autrement, entretenant désormais un flou sur la crédibilité de son personnage. Est-il raciste ? Est-il fou ? Pourquoi est-il si préoccupé par le sort de ceux qui ne sont pas à ses yeux entrés dans son histoire qu’on imagine très leucoderme pour reprendre un terme très underground ?
Le silence est peut être le meilleur moyen de répondre à ce "petit plaisantin", qui plus est arrogant, dont la science infuse confond lamentablement l’Histoire et la « modernité » occidentale apparue seulement fin 16 ème siécle. Faudrait peut être commencer par lui rappeler cela, que l’Histoire ne commence pas avec la modernité occidentale et ne se confond avec elle. Heureusement. Au lieu de nous bassiner avec son "galimatias" sur qui est dans l’histoire et qui n’y est pas assez entré.

1 commentaire:

Malaika a dit…

Propos consternants de bêtise que ceux de ce monsieur.
"Le silence est peut être le meilleur moyen de répondre à ce "petit plaisantin", qui plus est arrogant, dont la science infuse confond lamentablement l’Histoire et la « modernité » occidentale apparue seulement fin 16 ème siécle."
En effet... Mais parfois il se lève comme des envies de rabattre le caquets de ces arrogances de moins en moins supportables.
Merci pour ce billet. Bonne soirée.
Malaïka